Пресса

Bibou ouvre son bar-resto festif en plein centre de Lille

Д/М/Г

Manger, boire et danser jusqu'au bout de la nuit au même endroit, c'est un concept de plus en plus courant à Paris. Il est doucement mais sûrement en train de débarquer à Lille, notamment grâce à quatre potes du coin. Ils sont en train de métamorphoser l'ex Be Yourself du Square Morisson pour y ouvrir Bibou. Un nouveau lieu qui fera resto bistronomique midi et soir mais qui a aussi un grand bar et un coin DJ. Les platines chaufferont dès la Braderie.
Il paraît que lorsque la trentaine approche, on aime de plus en plus les lieux hybrides où on peut tout faire sans bouger de la soirée. Et si vous faites partie de cette team, Bibou va probablement devenir une de vos adresses préférées.

Le concept est on ne peut plus simple : c'est un resto bistronomique de cuisine française le midi et au premier service du soir. Mais quand le second service démarre, après 21h, le système sono monte en décibels et la lumière change l'ambiance. Et à partir de 23h, le DJ est aux platines à l'étage, le bar enchaine les cocktails et c'est parti comme ça jusqu'à 2h du mat'.

"Et si on ouvrait un resto festif ?"

Voilà une soirée normale chez Bibou. Et derrière ce surnom (qu'on est pas mal à donner à un proche), on retrouve quatre copains : Pierre-Alexis, Martin, Victor et Antoine. Ils sont tous du coin, se connaissent depuis plusieurs années et ont entre 28 et 31 ans. Cette idée de resto festif, ils ne l'ont pas inventée : "On se faisait un resto à Paris en décembre dernier, raconte Antoine, le monsieur chiffres du quatuor. Des endroits avec ce concept, il y en a pas mal là-bas et on se faisait la réflexion que ça n'était pas encore arrivé à Lille."
Voilà, ça en reste là. Enfin pas pour Pierre-Alexis, le touche-à-tout, qui cogite dessus. "Trois jours après, il nous appelle pour nous dire : 'C'est bon les gars, j'ai trouvé le lieu !'' Le groupe se rejoint à Lille pour visiter le fameux spot, l'ancien Be Yourself. Et là, c'est l'évidence pour tous, il faut se lancer.

Manger, boire, danser

Chacun garde son métier à côté mais apporte une compétence clé à l'affaire : gestion des chiffres, management, travaux, expérience en restauration... Et ils se sont surtout entourés d'une bonne équipe dont un chef et un directeur artistique. À l'intérieur, les travaux battent leur plein pour donner une seconde jeunesse à ce bâtiment sur plusieurs étages. Les deux premiers sont pour le resto de 80 couverts, le troisième pour des salles privatives.

À l'entrée, un énorme lustre se déploie sur la gauche tandis qu'un long bar va bientôt être installé à droite. Tout le monde s'active pour être fin prêt à ouvrir pour la Braderie. "L'objectif, c'est d'ouvrir le vendredi 1er septembre à 15h", annonce Pierre-Alexis. Le menu spécial du week-end est d'ailleurs déjà sorti sur leur Insta.

Pour les autres jours, la carte est encore en train d'être fignolée tout comme les tarifs. On sait quand même que ce sera une carte courte, de saison, "conceptuelle" avec des plats qui tourneront "entre 18 et 30€". Côté boissons, l'accent sera mis sur les cocktails, classiques ou signatures. Et pour accompagner tout ça : des chanteur·ses, des musicien·nes et/ou DJ's booké·es au moins deux fois par semaine.

Ah et on allait presque oublier : le dimanche, ce sera bien entendu brunch !

Découvrez Bibou, ce nouveau restaurant festif qui met les petits plats dans les grands

Д/М/Г

Bibou, c’est l’histoire de quatre copains à qui on a confié un jeu de clés. Entre les quatre murs du 2 Square Morrison, à Lille, ils ont bâti un temple où fête et gastronomie se rencontrent, dans un cocktail d’élégance. On vous présente ce nouveau restaurant avant son ouverture officielle le 1er septembre.

Bibou, future pointure ?
Il était une fois Pierre-Alexis, qui rencontre Victor, qui rencontre Antoine, qui rencontre Martin. Coup de foudre amical pour les quatre Lillois, qui à force de restaurants et de soirées modérément arrosées, dessineront les contours de leur projet. Un restaurant situé entre Rihour et République, et qui saurait allier fête et gastronomie.

L’emplacement est idéal, car Bibou, entouré de pointures, compte bien en devenir une aussi.

Il suffira d’un coup de fil à un ami pour que Pierre-Alexis, Victor, Antoine et Martin se fassent remettre les clefs de l’ancien Be Yourself, un bar à salade laissé à l’abandon en 2020.

Mais avant même la conception d’une carte et le rêve de leur cuisine ouverte, il fallait tout remettre en ordre et au goût du jour, dessiner une nouvelle identité et proposer un concept marquant aux clients lillois qui, sur le marché de la restauration, ont l’embarras du choix.

Un concept encore rare à Lille
Un restaurant festif. Voilà l’idée sur laquelle les quatre Lillois se sont arrêtés. Un lieu hybride où noctambules et bons vivants se rencontrent, où l’on mange bien et où l’on fête bien. Si le concept est déjà bien implanté entre Paris et Saint-Tropez, il est encore peu courant dans la capitale des Flandres. « C’est un lieu où l’on passe sa soirée », résume Victor.

Le midi, un premier service sera assuré, avant une réouverture le soir pour deux autres services. Le premier service du soir sera calme et dans un cadre chaleureux, avant que le second ne démarre. « Là, on monte un peu le son, on fait venir des dj, des saxophonistes ou des chanteurs, et la soirée peut commencer » explique Antoine.
Et il faut dire qu’avec leurs 80 places assises et leurs deux grandes salles privatives, on ne risque pas de se marcher sur les pieds. Et c’est exactement ce que l’équipe souhaitait : « On veut que Bibou soit un endroit chic, où l’on s’amuse, sans pour autant être un club » détaille Pierre-Alexis.

Cuisine française et bistronomique
Du côté de la cuisine, les copains lillois ont mis les bouchées doubles. Car la carte – qui changera deux fois par saison -, sera élaborée par un chef lillois. « La carte sera courte, à raison de 3/4 entrées, plats et desserts, car on a misé sur une cuisine française et bistronomique avec de bons produits frais » précise Victor.

Si l’équipe laisse planer le mystère autour de la carte, un menu spécial Braderie a d’ores et déjà été élaboré, et il est, à l’image de Bibou, surprenant et finement pensé.

Exit la traditionnelle marmite de moules-frites, le plat sera transformé en une croquette reprenant les mêmes ingrédients mais travaillée façon Bibou.

Victor, le mixologue du groupe, a, de son côté, composé la carte des cocktails. Les classiques sont revisités, les signatures soignées et les nombreux alcools dépoussiérés. Une volonté pour lui de redonner aux vieux alcools français leurs lettres de noblesse.

« Tout le monde s’appelle Bibou »
Mais si ce restaurant festif promet tant d’élégance, pourquoi s’appelle-t-il Bibou ? Le nom, c’était là, la grande question que les quatre copains se posaient. « On savait tout ce qu’on voulait faire de cet endroit, mais on n’avait pas de nom », se souviennent-ils. Bibou leur vient alors naturellement, quand Pierre-Alexis s’adresse à sa petite sœur en l’appelant ainsi.

« C’est accrocheur et facile à retenir. Tout le monde s’appelle Bibou » retrace Pierre-Alexis. Et il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que leur hypothèse soit vérifiée : devant la façade du restaurant, alors que le nom Bibou est inscrit en grand, deux flâneurs se prennent en photo devant. Pari réussi pour Pierre-Alexis, Martin, Antoine et Victor, qui espéraient que leur clientèle se reconnaisse chez eux.

Avant leur coup d’envoi le vendredi 1er septembre, l’équipe de Bibou s’active à mettre les petits plats dans les grands. Rendez-vous à la Braderie, donc.